Madame Lefigaro – Ces jeunes filles que l’on envoie au bled pour les marier de force l’été

10 July 2015 0 Comments
Une campagne nationale, lancée le 1er juillet par l’association Voix de femmes et soutenue par le secrétariat aux Droits des femmes, entend sensibiliser l’opinion au problème des mariages forcés, à la veille des départs en vacances. L’été, occasion du retour dans le pays familial, serait en effet propice aux unions contraintes.

À 16 ans, Zohra K., une Française d’origine algérienne et berbère, est envoyée dans le pays d’origine de ses parents. Elle pensait y séjourner deux semaines pour les vacances. Mais abandonnée par ses parents et privée de son passeport, elle est obligée de rester sur place. À 18 ans, Zohra est vendue par sa famille pour quelques dinars et mariée de force à un homme mûr, duquel elle restera prisonnière pendant vingt ans. Son calvaire, qui a commencé à la fin des années 1970, Zokhra le raconte dans un livre, Jamais soumise (1), publié au mois de mai dernier.

Plus de trente ans après cette histoire, et même si peu d’études permettent de chiffrer le phénomène, les retours dans le pays familial suivis de mariages forcés menacent toujours des jeunes Françaises. Au début des années 2000, on a estimé que 70.000 jeunes filles en auraient été victimes en France. En 2011, une deuxième étude réalisée en collaboration par l’Ined et l’Insee estimait que le phénomène, qui concerne principalement les immigrées originaires de Turquie, du Maghreb et d’Afrique sahélienne, tendait à diminuer.

Lire la suite sur : Madame Lefigaro