J'ai besoin d'aide

L’équipe de Voix de Femmes a pour vocation de vous accompagner tout au long de votre parcours. La très grande majorité de vos démarches peuvent se faire par téléphone ou par mail, et ce de manière confidentielle.

N’hésitez pas à nous contacter sur notre ligne d’écoute anonyme et confidentielle
SOS mariage forcé : 01 30 31 05 05


AIDE - EN FRANCE


SI JE REDOUTE D’ETRE MARIE-E AVEC QUELQU’UN SANS MON CONSENTEMENT, OU SI JE SUIS DEJA MARIE-E ET QU’ON M’OBLIGE A RESTER, JE PEUX EN PARLER A :

- Une personne en qui j’ai confiance dans ma famille ou les parents d'un-e ami-e
- un-e professionnel-le : l’infirmier-e scolaire, un-e professeur,
- le ou la CPE,
- l’assistant-e social-e à l’école ou dans mon quartier,
- la Mission Locale,
- la brigade des mineurs,
- la justice,
- une association…


Important

Certains documents sont indispensables pour faire de nombreuses démarches : recherche d’emploi, procédure de divorce, annulation du mariage, renouvellement de sa carte nationale d’identité ou de son titre de séjour. Conserver le maximum de documents personnels suivants ; les originaux de préférence ou des photocopies :

Carte nationale d'identité ou titre de séjour, passeport, certificat de nationalité française, tout document établissant qu’on est né-e en France, certificats de scolarité, bulletins scolaires, attestation de carte vitale, fiches de paie, diplômes. Mettre ces documents en lieu sûr : ami-e, association, avocat pour mineurs…

Par précaution supplémentaire, numérisez vos documents, sauvegardez-les sur une clef USB et envoyez-les à une adresse e-mail valide connue de vous seul-e.


EN CAS DE CONFISCATION OU DE DESTRUCTION DE MES PAPIERS, SUIS-JE OBLIGE-E DE PORTER PLAINTE CONTRE MES PARENTS POUR REFAIRE CES DOCUMENTS ?


- Pour refaire ses papiers, vous n’êtes pas obligé-e de porter plainte contre vos parents. Vous avez le droit de porter plainte contre X ou de faire une déclaration de perte.


JE SUIS ENCORE EN FRANCE MAIS JE CRAINS D’ÊTRE MARIÉ-E LA-BAS. Que puis-je faire si on veut m’envoyer au pays d’origine de mes parents et que je redoute un mariage forcé ou d’autres violences à mon encontre ?


Tout d’abord : refuser de partir


Si je suis mineur-e :


- Je demande une protection au Tribunal : interdiction de sortie du territoire accompagnée d’un suivi par un-e éducatrice/teur ou d’un placement dans un foyer ou chez un-e membre de ma famille de confiance.
- Une assistant-e social-e ou une association aura pour mission de m’accompagner dans cette démarche, avec l’aide d’un avocat si je le souhaite (gratuit pour les enfants : liste disponible au Tribunal).
- Si je suis en danger de représailles graves, la loi prévoit que mes parents ne soient pas informés de l’adresse de la famille d’accueil ou la tante/oncle/cousin-e-de confiance ou du foyer où je suis en sécurité.


Je suis majeur-e : plusieurs possibilités existent


- Grâce à la nouvelle loi du 9 juillet 2010, je peux bénéficier d’une ordonnance de protection auprès du Juge aux affaires familiales (il se trouve au Tribunal). Cette ordonnance permet que les personnes de ma famille susceptibles de me menacer ou de m’enlever n’aient pas le droit d’approcher de mon domicile.
- Cette ordonnance me donne le droit de bénéficier d’une interdiction de sortie de territoire.
- Il est fortement recommandé de faire cette procédure avec un-e avocat-e (gratuit sous certaines conditions de ressources).

- Si je ne souhaite pas bénéficier d’une ordonnance de protection, je peux aussi obtenir une aide auprès d’un-e professionnel-le (assistant-e social-e, SOS mariage forcé…) pour trouver un hébergement.

A savoir, en cas de départ au pays d’origine :


Il est préférable de transmettre à une personne ou un-e professionnel-le de confiance, les informations suivantes :
- La date prévue de mon retour en France figurant sur le billet d’avion
- Un numéro de téléphone où je serai joignable à l’étranger
- L’adresse de la famille où je résiderai
- Mon adresse e-mail

Il est par ailleurs conseillé de télécharger cette " lettre-type ", de la signer et de l’envoyer par mail (dans ce cas, scannez le courrier) à contact@sos-mariageforce.org qui alertera les autorités si je ne reviens pas à la date prévue.
! Attention, signer cette lettre-type ne garantit pas notre retour en France


A la dernière minute

Il est encore possible d’alerter à l’aéroport, même au dernier moment, la PAF-Police de l’Air et des Frontières ou bien la douane pour signaler nos craintes.


AIDE – A L’ETRANGER


Important

Les contacts suivants sont à apprendre par cœur car ces services peuvent rapidement contacter le consulat de France qui vous aidera, sous certaines conditions, dans vos démarches pour être rapatriée en France :
- le MAEDI (Ministère des Affaires Etrangères et du développement international), qui travaille en partenariat étroit avec tous les consulats de France du monde :
- mail : mariageforce.fae@diplomatie.gouv.fr
- tél : 01 43 17 80 32, demandez le Bureau de la Protection des Mineurs et de la famille (PMF)


Attention

Même si on est de nationalité française, une fois que l’on a quitté la France, il est difficile de faire appliquer la loi française sur le rapatriement.


Mineur-e ou majeur-e, en cas de danger potentiel,
faites donc tout votre possible pour ne pas quitter la France !


N’hésitez pas à nous contacter sur notre ligne d’écoute anonyme et confidentielle
SOS mariage forcé : 01 30 31 05 05

Si vous souhaitez être rappelé-e, merci de remplir le formulaire ci-dessous.


Horaires, entre 9h et 17h, auxquels vous pouvez être rappelé-e en toute confidentialité